Informatique et sciences du numérique


« Le commencement de toutes les sciences, c’est l’étonnement de ce que les choses sont ce qu’elles sont… »

Aristote

 

L’information est partout ! Même si l’usage de l’outil informatique est entré dans les mœurs pour nos loisirs ou pour notre travail, son évolution est telle qu’elle nous oblige à nous adapter… sous peine de nous marginaliser. Mais finalement, en appliquant le principe de l’analyse descendante que nos chers lycéens vont (re)découvrir dans la spécialité ISN et qui consiste à décomposer un problème complexe en une composée de problèmes simples, un ordinateur est une machine qui ne gère qu’un changement d’état : 0 ou 1.

 

Comment ne pas s’incliner devant une telle simplicité ?

 

Et pourtant ce 0 et ce 1 nous permettent de générer des miracles de technologie, il suffit de manipuler une tablette graphique ou d’aller sur le site de l’ESA (agence spatiale européenne) pour nous en convaincre… Etonnant n’est-ce pas ?

 

Mais s’étonner, c’est un peu reconnaître sa propre ignorance. C’est ainsi que, par un simple étonnement, l’humanité a créé la philosophie et les sciences. Ce terme « sciences » qui apparaît dans l’intitulé de la spécialité est pleinement justifié par le programme, en particulier dans l’énoncé de ses objectifs.

Télécharger
Programme ISN
Proposition_de_Programme_ISN_CSE.pdf
Document Adobe Acrobat 448.7 KB

ISN en questions :

Pourquoi avoir choisi de créer une nouvelle spécialité ?

  •  L’informatique est le premier gisement d’emploi du monde.
  • Une pression a été exercée par les employeurs qui signalent régulièrement que de nombreux postes sont occupés, par défaut, par des personnes qui n’ont pas été formées en amont sur les sciences informatiques.
  • L’informatique représente 30% de la recherche et du développement de part le monde, il est important que la France forme ses futurs chercheurs, ingénieurs dans ce domaine.
  • Le groupe informatique et mathématique du SNRI (Stratégie Nationale de Recherche et d'Innovation) a fait le constat que les ingénieurs et les chercheurs non informaticiens n’ont pas un niveau optimal dans l’utilisation de l’outil informatique que requièrent leurs activités.
En 1998, Z. Galias et P. Zgliczynski ont démontré, à l’aide de l’ordinateur, que le système d’équations de Lorenz qui est un modèle très simplifié de la dynamique atmosphérique exhibe un comportement chaotique.
En 1998, Z. Galias et P. Zgliczynski ont démontré, à l’aide de l’ordinateur, que le système d’équations de Lorenz qui est un modèle très simplifié de la dynamique atmosphérique exhibe un comportement chaotique.

 Pour qui ?

 

Les élèves de première S peuvent choisir cette spécialité pour diverses raisons :

  • soit par appétence car ils ont envie d’en savoir plus sur un domaine motivant,
  • soit pour approfondir une pratique, généralement centrée autour de la programmation,
  • soit par rentabilité pour les études supérieures. Les sciences du numérique sont nécessaires dans une grande partie des cursus scientifiques, en particulier dans le domaine de la programmation, que ce soit en mathématiques, physiques, ingénierie… et évidemment en informatique.
  • mais aussi par plaisir ! C’est indéniable, la programmation permet par la création d’applications, de sites web… de laisser une part de notre personnalité s’exprimer, artistique pour certains, pragmatique pour d’autres…
    C’est une vraie fierté de voir un programme tourner, je veux dire notre propre programme tourner, essayez vous verrez !

Que va-t-on y faire ?

 

Habituellement, dans l’enseignement, le discours du numérique est centré sur la problématique des usages, mais dans la spécialité ISN on oriente nos préoccupations sur une problématique de la création et de la compréhension des mécanismes fondamentaux.

On ne va pas expliquer comment utiliser Facebook ou Twitter ! L’objet de cet enseignement est de montrer les concepts fondamentaux qui ont mené au développement de telles applications. On va chercher à attirer les élèves sur des questions assez abstraites comme la représentation de l’information, ou sa transformation par une machine.

 

L’enseignement comprend 4 grandes parties :

  • l’information numérique : on abordera la numérisation de l’information (nombre, image, son…) mais aussi sa transformation (stockage, compression…),
  • l’algorithme : ils sont partout les algorithmes, dans la vie courante, dans votre téléphone… Nous en verrons de toutes les couleurs…,
  • le langage de programmation : bien sûr, nous allons programmer et en Java s’il vous plait, un langage orienté objet extrêmement puissant,
  • les architectures matérielles : la découverte de l’architecture de ces machines constitue une étape essentielle d’une initiation de l’informatique. Elle consiste à comprendre son organisation, d’en connaître ses capacités et ses limitations.

 

Quelle orientation ?

 

Le choix d’une spécialité n’a pas de conséquence directe sur votre orientation, c’est un outil de détermination. Il permet de faire le bon choix pour vos études supérieures tout en approfondissant une matière.
Les sciences du numérique sont partout ! Que vous souhaitiez intégrer une école d’ingénieur, une fac de mathématiques, un IUT d’informatique… cet apprentissage vous sera utile, soyez-en convaincu.

 

R.TOSETTI                                        

Enseignant en mathématiques et en ISN au lycée Jean Vilar