Grec - Latin


Les options grec et latin sont ouvertes à tous les élèves de seconde : il n’est absolument pas nécessaire d’avoir suivi ces enseignements au collège pour les commencer au lycée.

 

Ces options peuvent être choisies par les élèves aussi bien en tant qu’enseignement de détermination que comme option facultative.

 

La durée de cet enseignement en seconde est de 2 heures pour le latin et de trois heures pour le grec.

M. D'HUMIERES, professeur de lettres classique

Pourquoi choisir ces options ?

 

Le grec et le latin constituent un atout manifeste dans une scolarité réussie ; à ceux qui ont des difficultés à maîtriser l’orthographe et la grammaire françaises, le grec et le latin offrent une voie d’accès extraordinaire pour comprendre l’histoire de chaque mot, la raison d’être des règles syntaxiques ; à ceux qui sont parfois déconcertés par les nouveaux termes scientifiques, la connaissance des racines grecques et latines offrent de grandes facilités ; à ceux qui veulent apprendre de nouvelles langues vivantes, la pratique des langues anciennes permet de découvrir le dénominateur commun à la plupart des langues parlées aujourd’hui en Europe ; aux élèves curieux des pratiques artistiques, de l’histoire de l’art, du théâtre, les cours de grec et de latin apportent un lien avec le berceau de l’art, là où est née la tragédie, l’épopée, la céramique… A tous, ces cours offrent un moyen exceptionnel d’acquérir une culture générale et des méthodes de travail.

 

 

"Le témoignage d’un ancien élève du lycée"

 

Valérian Giesz, ancien élève du lycée de 2003 à 2006, préside l’association Mêtis (http://www.operationmetis.com)qui regroupe une grande partie des anciens élèves des classes de grec et de latin du lycée :

 

"Je me souviens encore du jour de mon inscription au lycée, en juillet 2003. J’étais avec mon père dans la grande salle Bassime, complètement perdu au milieu de la multitude d’options et filières proposées. J’ai choisi le grec afin de mettre toutes les chances de mon côté, grâce aux points supplémentaires au bac par exemple.

S’il y a bien un choix que je n’ai jamais regretté, c’est celui-là. Dans mon long parcours qui m’a mené du collège de la Ferté-sous-Jouarre jusqu’à mon travail au CNRS aujourd’hui, en passant par les classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques, l’Institut d’optique, la connaissance du grec  n’a jamais cessé de m’ être utile."